RT 2012, HQE, BREEAM : quelles sont les normes associées au confort lumineux des logements ?

Aujourd’hui, la lumière naturelle est un critère primordiale dans l’achat d’un logement. Pour autant, ce sujet est traité de façon très différente en fonction des projets résidentiels car aucune norme universelle n’existe sur le sujet. Toutefois, certains labels et certifications commencent à demander des seuils de luminosité pour les futures constructions, voici un tour d’horizon de ces normes :

La démarche NF HQE (Haute Qualité Environnementale)

La démarche HQE est une marque commerciale référence pour guider la conception ou la rénovation des bâtiments afin de limiter au maximum leur impact sur l’environnement.

Cette démarche est destinée aux maîtres d’oeuvre et maîtres d’ouvrage pour les opérations relevant du tertiaire, de l’enseignement et du logement résidentiel.

Mise en place par l’association HQE afin d’orienter les concepteurs vers des solutions plus durables, et des constructions saines, cette certification compte 14 critères ou « cibles » à atteindre, dont la n°10 concerne directement la lumière naturelle des intérieurs.

Pour les opérations résidentielles neuves, la surface totale des surfaces vitrées du logement doit être supérieur ou égale à 20% de la surface habitable du logement ou de l’ensemble résidentiel. L’objectif étant de recourir à la lumière artificielle le moins possible, et d’assurer un maximum de confort lumineux aux futures constructions.

Reprenant le découpage de la France en trois zones géographiques pour le calcul STD, les seuils minimums recommandés pour le Facteur Lumière Jour sont les suivants pour la zone H1, H2 et H3 :

Source : calculcee.fr

Sera également pris en compte la diminution des risques d’éblouissement dans le logement.

Les certifications LEED et BREEAM

Le BREEAM, est la méthode d’évaluation de la performance environnementale des bâtiments la plus connue à l’internationale.

Tout comme la démarche HQE, la certification BREEAM évalue la performance énergétique des bâtiments, mais elle s’avère plus souple pour les structures.

www.eurocoustic.com

15 points sont attribués à la santé et au bien-être, qui comprend :

  • Le confort visuel
  • La qualité de l’air intérieur
  • Les performances acoustiques

Plus précisément, la certification BREEAM évoque le confort lumineux dans un chapitre qui se décompose en quatre parties attribuant soit 1 ou 2 crédits. Le nombre de crédit est ensuite additionné, avec ceux des autres chapitres, accréditant ou non la certification.

Sont notamment pris en compte :

  • Le contrôle de l’éblouissement : Il s’agit d’analyser les risques d’éblouissement dès la conception du bâtiment et d’y remédier grâce à des solutions intégrées.
  • La lumière naturelle : un seuil de FLJ moyen est à atteindre pour un certain pourcentage de la surface, de même qu’un un seuil d’éclairement moyen et minimum pour une durée indiquée et pour un pourcentage de surface donné.
  • Les vues sur l’extérieur : la certification prévoit des exigences en termes de pourcentage de surface au sol ayant une vue sur l’extérieur (d’au moins 7 mètres depuis le mur où se trouve l’ouverture) ainsi qu’un pourcentage de surface vitrée ayant une vue sur l’extérieur (variable en fonction de la profondeur de la pièce).

La certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) a été créée en 1998 par l’US Green Building Council. Tout comme le BREEAM, c’est une certification internationale qui est présente dans plus de 165 pays et territoires.

Cette certification propose quatre niveaux d’excellence : LEED certifié (>40 points), LEED argent (>50 points), LEED Or (>60 points) et LEED Platine (>80 points).

www.eurocoustic.com

16 points sont attribués à la qualité des environnements intérieurs qui comprend :

• Les matériaux à faible émission
• L’éclairage intérieur
• La performance acoustique


Il existe des études permettant d’évaluer le confort lumineux des logements pour la certification LEED. Ainsi, il est nécessaire que 55, 75 ou 90% de la surface occupée atteint ou dépasse 300 Lux pour au moins 50% du temps d’occupation.

Une seconde étude permet de décrire la quantité d’espace pouvant générer de l’inconfort lié à l’éblouissement mais également des risques de surchauffes augmentant les charges de refroidissement.

La RT 2012

La RT 2012 est une Règlementation thermique s’appliquant à certains bâtiments du tertiaire et à tous les bâtiments résidentiels depuis le 1er janvier 2013. La RT 2012 sera remplacée par la RT 2020 au 1er janvier 2021.

La RT 2012 prévoit une surface de vitrage supérieure ou égale à 1/6 de la surface habitable (1 m² de surface vitrée pour 6 m² de surface habitable). Cette exigence a pour objectif d’améliorer la part de luminosité naturelle des projets immobiliers.

(Prochainement : un article dédié à la RT 2020 sur notre blog)

La norme EN 17037

Publiée en 2018, cette norme non contraignante est destinée aux Etats Européens dans le but de leur apporter des lignes directrices pour augmenter le confort lumineux de leurs logements neufs.

Pour retrouver l’article dédié à cette norme dans notre blog :

Chez Solen, nous accompagnons les promoteurs immobilier dès la phase de faisabilité jusqu’à la commercialisation des projets résidentiels neufs.

Notre bureau d’études a pour vocation de vous accompagner à concevoir et commercialiser des logements plus lumineux mais également à répondre aux cahiers des charges des ZAC et aménageurs et aux différentes certifications présentées.

Si vous souhaitez plus d’informations ou faire appel à nous sur un projet :