Comment les masques solaires proches impactent l’apport lumineux d’un logement ?

Avant même d’exposer notre étude de l’impact des masques solaires proches sur l’apport lumineux d’un logement, il est important d’éclaircir ce qu’on appelle communément “masques solaires” en immobilier. 

Il existe deux types de masques solaires : le masque proche, et le masque lointain. 

  • Le masque proche fait surtout référence aux arbres, bâtiments voisins et éléments architecturaux comme les casquettes ou balcons.
  • Le masque lointain concerne le relief naturel, comme les montagnes qui cachent le soleil une partie de la journée. 

Implantés surtout en milieu urbain, nous avons ciblé notre étude sur les masques proches relatifs aux loggias et balcons. 

Nous avons comparé le nombre d’heures de luminosité naturelle et d’ensoleillement de 3 pièces de surface et superficie similaires : l’une avec une loggia, l’autre avec un balcon situé à l’étage du dessus, ainsi que la même pièce sans balcon ni loggia. 

Pour rappel, on considère qu’un apport lumineux est dû : 

  • à l’ensoleillement direct, c’est à dire aux rayons du soleil entrant directement à l’intérieur du logement 
  • à la luminosité naturelle, c’est à dire l’apport lumineux venant de l’extérieur à travers les ouvertures vitrées. Une luminosité naturelle suffisante permet  par exemple de lire un livre confortablement, sans besoin de lumière artificielle.

Lorsqu’on fait le calcul dans l’exemple ci-dessus, l’autonomie lumineuse des 3 pièces est de respectivement 5h20, 6h15 et 10h05. On observe ainsi un écart de plus de 4h45 entre la pièce avec loggia et celle sans loggia. Les résultats obtenus permettent donc de comprendre rapidement l’impact des masques proches sur la luminosité naturelle. 

Cela veut-il pour autant dire qu’il s’agit de mauvaises structures ? Tout dépend du besoin, et généralement, ces pertes de luminosité naturelle et d’ensoleillement sont volontairement générées par les architectes. 

Prenons par exemple les zones chaudes comme les régions méditerranéennes ou le sud-ouest : la priorité est de conserver un maximum de fraîcheur dans les logements afin de lutter contre les surchauffes d’été. Dans ce cas, loggias et balcons sont des atouts de taille : ils constituent des masques solaires qui limitent  les périodes de surchauffe et évitent ainsi l’utilisation d’énergie (comme les systèmes électriques de refroidissement). 

Un projet immobilier se doit donc d’être bien conçu pour optimiser les apports lumineux tout au long de l’année, maximiser les apports thermiques lorsqu’il fait froid et les minimiser quand il fait chaud. 

C’est en ce sens que Solen s’adapte à tous les programmes, pour offrir une solution sur-mesure qui répondra aux différents besoins. L’étude de luminosité Solen conseillera plusieurs propositions pour concevoir des plans pensés à travers le prisme de la luminosité naturelle, et aidera à mettre en valeurs les lots lors de la commercialisation grâce à un certificat détaillé et fiable.